autism

Le trouble du spectre autistique parmi les femmes : Un long parcours en quête de bien-être.

Fabienne a 32 ans et elle a été diagnostiquée avec un trouble du spectre autistique l’année dernière. 

Pourquoi était-il si important d'obtenir un diagnostic ?

Avant le diagnostic, il n'y avait qu'un énorme point d'interrogation. Bien que j’aie consulté de nombreux psychologues, je n'ai jamais vraiment obtenu de réponses à mes questions. C'est pourquoi il était si important pour moi d'obtenir ce diagnostic, pour que je sache "ok, je ne suis pas un extraterrestre mais juste autiste "

En relation avec l'autisme et les femmes, on entend souvent le terme "camouflage social" (imitation du comportement des autres).

Le camouflage est aussi mon cas. Je pense que cela nous fatigue énormément, nous devons porter ces masques virtuels tellement longtemps pour être bien vus par la société. Mais j’ai aussi rencontré beaucoup de problèmes d'identité, parce que je n'ai jamais su qui j'étais vraiment.

Comment avez-vous compris que vous pouviez être autiste ?

J'ai trouvé dans une librairie le livre de Julie Dachez - La Différence Invisible - le livre m'a attirée - et là j'ai feuilleté et feuilleté – C’était moi. Le reste des informations est venu à travers Tiktok où j’ai vu de plus en plus de vidéos de femmes qui sont comme cela. Je repense à mes années passées et cela fait sens, cela a toujours été comme ça, je ne suis pas étonnée d’être dans le spectre. Le diagnostic a été un soulagement extrême. Pas vraiment un choc. J'en ai presque pleuré de joie - enfin ! Noir sur blanc sur papier, le voici ! J’ai aussi trouvé que le soutien total de la FAL par la suite a été merveilleux. Maintenant, je les contacte dès que j’ai besoin et je trouve cela super. On n'est pas seul.

Et comment ont réagi vos proches ?

Ma mère a été la plus choquée - je pense qu'elle se sentait probablement mal parce qu'elle devait se dire qu’elle aurait préféré faire quelque chose. Mais, je le cachais si bien en étant enfant, que personne ne le remarquait.

Mes copains ont très bien réagi, ce qui m'a fait très plaisir. Ils comprennent maintenant beaucoup plus et font aussi plus attention et sont plus respectueux avec moi.

Rétrospectivement, auriez-vous souhaité obtenir votre diagnostic plus tôt ?

Oui, si j'avais su que j'étais autiste, peut-être aurais-je reçu plus d'aide dans les écoles : je ratais les cours plus souvent que les autres. Les enseignants m’ont toujours fait des reproches et ne me comprenaient pas. Je ne pense pas que cela aurait été une mauvaise chose si les professeurs l'avaient su -  je n’aurais pas souhaité de passe-droit mais simplement un peu plus de compréhension.

J'ai réussi à terminer ma scolarité, mais cela a toujours été extrêmement difficile.

Que souhaitez-vous pour l'avenir ?

Ce que je me suis souvent dit et ce que j'aimerais faire, c'est en parler davantage ici dans ce pays - que ce soit sur les réseaux sociaux ou par d'autres moyens.